Reset Password

Résultats de votre recherche

Almuñecar

Sa situation est privilégiee, prés d’une vallée tropicale et quelques plages tranquilles, pas loin de Granada et Malaga, Almuñecar est une destination préférée par une grande quantité de touristes qui viennent á profiter de son enchantement natural, sa gastronomie riche et son patrimoine monumental.

Proche de la capitale de la province Almuñecar offre la possibilité d’avoir dans le meme jour d’une tournée de ski à la Sierra Nevada, d’une visite à l’Alhambra et d’un soir relaché près de la Mediterranée dans ce bijou de la Costa Tropical.

La dénomination Costa Tropical n’est pas un nom comercial donc le microcimat que nous avons ici, avec une température moyenne de 18º, fair qu’un séjour dans cette ville est une expérience attractive.

Le litoral sexitano est riche en paisajes exceptionnels qui en font un atout touristique et il ya plus de vingt plages, comme Cabria, el Pozuelo, Velilla, Puerta del Mar, San Cristóbal, La Herradura, Cantarriján (paradis des nudistas)… dans celles qui se combinent les sable (arènes) avec falaises de beautè singulière près du Paraje Natural de Cerro Gorde et la Punta de la Mona conforment un environnement parfait pour la jouissance des vacances.

Tout l’antèrieur uni à une offre gastronomique avec ses restaurants au bord de la mer, la possbilitè de pouvoir pratiquer un sport nautique comme la plongée, la voile et d’une aventure comme le parapente, barranquismo, etc. et partager l’offre culturelle, ils font d’Almuñecar et La Herradura l’une des destinations touristiques plus sollicitées de la cote andalouse.

ALMUNECAR – BEACHES

Sur les 19 Kilomètres de littoral d’Almuñécar on trouve des plages pour tous les publics et tous les goûts: plages urbaines, calanques entourées de rochers, plages de sable gris ou noir, plages de gravier ou plages naturistes. Les plages urbaines de la Herradura, Almuñécar, Velilla et Taramay sont dotées de tous les services exigés: accessibilité , higiene, sanitaires et surveillance.

Certaines ont recu plusieur fois le Drapeau Blue, distinction de qualité. Plus éloignées des centre urbains mais d’accés facile à pied, d’ autres plages, criques et calanques, attirent les visiteurs pour leur coté sauvage. La baignade est possible tout au long de l’année. Sur les 26 plages du littoral d’Almuñecar nous citerons particulièrement.

ENDROITS INTERESSANTS

Les miradors et tours de guet de La Herradura furent et sont encore des enclaves stratégiques sur le litoral de la Costa Tropicale. Les tours de Cerro Gordo du XVIº siécle, bien conservées, offrent une vue unique pour admirer les sites naturels d’une grande beauté comme les falaises de Maro ou la Punta de la Mona.

La baie de la Herradura fut le théâtre du tragique naufrage de l’Armada Espagnola le 19 Octobre 1562.

L’évènement eut lieu dans le cadre de la politique navale de Felipe II visant á freiner l’expansion turque en Méditerranée. Pour se faire, un certain nombre de galères avaient pour misión de surveiller les territoires de l’empire. Le 18 Octobre 1562, vingt huit galéres, sous le commandement de Don Juan de Mendoza quittèrent le port de Malaga chargées de provisions et de passagers, femmes et familiers des soldats d’Oran .Une forte tempête surprit la flotte qui passa la nuit dans la baie de la Herradura. Le jour suivant, alors que le danger paraissait avoir disparu, la tempête reprit de plus belle prenant l’Armada au piége entre Cerro Gordo et la Punta de la Mona. Vingt cinq galerent coulèrent et vuelques cinq mille personnes périrent. L’évenement resta tristement gravé dans les anales de la Marine de Guerre Espagnole. Les restes du naufrage subsistent sous les eaux de la Herradura, renferment de précieuses informations que l’ archéologie sous marine révèlera sans doute un jour.

Le Monumensts aux Hommes de la Mer, sur le Paseo Maritimo de la Herradura rend hommage au tragique ´´evènement.

Le Castillo de la Herradura mérite une attention spéciale. Construit au XVIIIº siècle sous le règne de Carlos III, il faisait partie du système de défense et de surveillance du litoral de la Province de Grenada.

En plus de la richesse de ses plages, comme la plage de Cantarriján, référant entre les plages naturistes de notre pays. Elle se trouve à l’intérieur des limites des Parages Naturels de Cerro Gordo et il y a toute un type de services et représente l’un des Linux attractifs à visiter. La Herradura est aussi un point de reencontré des amoureux de parapente et de deltaplane. Le port de plaisance de Marina de Este offre toute une gamme de sports nautiques, il est situé dans un environnement offrant toutes les facilités pour le mouillage des bateaux.

ALMUNECAR – HISTOIRE

Sans doute à cause de son climat privilégié, avec des temperatures agréables tout au long de l’année, et de sa situation, au pied de la fertile ValléeTropicale, protégé par les montagnes de Grenade et bordé par la Méditerranée,Almuñecar, une des destination les plus recherchées de la cote andalouse, a toujours été une enclave convoitée par de nombreux peuples depuis l’aube de l’histoire.

Appelée Ex par les Phéniciens, ses premiers colons, la cité devint la florissante ville de Firmum lulium Sexi durant la période romaine, qui exportait dans tout l’empire ses salaisons de poisson et de précieux “Garum”.

De son passé Phenincien-Punique témoignent les nécropoles de Laurita et de Puente de Noy, tandis que de la Sexi romaine subsistent des monuments tels que l’aqueduc les columbariums de la Torre del Monje et de la Albina, la manufacture de salaisons ou la Cueva de Siete Palacios aujourd’hui Musée archéologique.

Mais ce furent, sans aucun doute, les arabes qui laissérent une empreinte indélébile en cette localité. Dans les rues étroites du vieux quartier historique aux maisons blanchies à la chaux, on respire encore l’essence d’Almuñecar l’andalouse dont les habitants furent témoins du débarquement d’Abd Al Rahman I, fondateur de l’Emirat Omeya en 755 après Jesús Christ.

Les tours de guet qui jalonnent le litoral et le Castillo de San Miguel qui se dresse, couronnant la citèe, sont l’héritage de plus de sept cents ans de présence musulmane dans la région. Les chrétiensédifièrent l’église de la Encarnación, le Pilar de la Calle Real, le Palacio de la Najarra, ou encore les sculptures qui embellissent la localité comme le monument à Abderraman I, celui dédié aux Phéniciens ou l’Arc de triomphe en l’honneur de Blas Infante, père de l’andalucismo la fierté andalouse.

LA HERRADURA

La Herradura est le second noyau urbain d’Almuñécar. Ses caractéristiques géographiques comme le port natural formé par la baie ont fait de ce lieu une enclave stratégique pour le transit des expéditions maritimes des diferentes civilisations tout au long de l’Histoire.

MARINA DEL ESTE

Dans le luxueux complexe de Marina del Este, dans le plus bel endroit de la Costa Tropical, entre Nerja et Almuñécar, se trouve le port de plaisance de la localité, auquel on acc“ede par la route nationale 340, à seulement une heure des aéroports de Malaga ou Grenada.

En plus de ses 227 anneaux, ses installations comptent aussi des entreprises de services nautiques par exemple pour des circuits ou des excursions autour de Cerro Gordo ou les calanques cachées du litoral. On y trouve également un club de tennis, une école de plongée, des cafeterías, restaurants, boutiques, supermarché, laverie, location de voiture et un golf a 15 kilométros.

ALMUNECAR – MONUMENTS ET EMBLÉMATIQUES BÂTIMENTS

Autour du Castillo de San Miguel, symbolique d’Almuñecar, les tourists dècouvrent les monuments au travers desquels l’Histoire se raconte. Partant de cette forteresse stratégique utilisée par diverses civilisations, on se laisse emporter par les ruelles enchevetrées, pleines de petites places, parmi lesquelles on retrouve encore les vestiges de la Manufacture de salaisons Punico romaine du IVº siècle avant Jésus Christ. Des auteurs comme Marcial ou Estrabon font référence a cette industrie qui fut pendant des siècles la seule activité économique de la localité. Un empire qui laissa de belles preuves de son savoir faire urbanistique, le meilleur exemple étant la Cueva de Los Siete Palacios, un esemble de voutes qui abrite aujourd’hui le Musée Archéologique Municipal.

On peut admires les vestiges de la splendeur d’une des civilisations les plus puissantes de l’Histoire dans le Castillo de San Miguel qui fut le témoin exceptionnel des évènements marquants d’Almuñecar.

LA MANUFACTURE DE SALAISONS

La Manufacture de Salaisons de poisson “El Majuelo” se trouve au pied de la colline de San Miguel, du coté. Ses origines punico phénciennes datent du début du IVº siècle avant Jésus Christ mais son age d’or se situe dans l’époque romaine et l’activité se mainfint jusqu’au début du IVº siècle après Jésus Christ. Son importante dans l’économie d’Almuñecar pendant cette période est attestée par des textes qui depuis l’Antiquité y firent référence en vantant les qualités de sa production. Parmi cette dernière, le fameux “Garum” était une sorte de paté élaboré avec les viscères u posson. Les premiers indices de l’ existente de cette manufacture remontent à 1970 après une campagne de fouilles menées par Manuel de Sotomayor et Enrique Pareja. Lorsque fut reconnu l’importance de la découverte, commencat une investigation archéologique dirigée par l’archéologue municipal Federico Molina Fajardo. La quasi totalité de ce magnifique Parque del Majuelo fut l’objet des fouilles.

AQUEDUC ROMAIN

Face á la nécessité d’eau potable pour les activités de salaison, les romains voulurent laisser la postérité un échantillon de leer talent dans les ouvrages d’ingénierie en construisant au premier siècle de notre ère, un aqueduc de 7 Kilomètres de long, divisé en plusieurs troncons se combinant entre eux.

Rèalisé en maconnerie d’ardoise il était constitué de différents troncons dont certains servent encore dans le cadre du système d’irrigation traditionnel. On en rencontre des vestives en prenant la route du soupier du Maure (carretera del suspiro del Moro) en direction d’Otivar. Un troncon suit le tours du Rio Verde à la hauteur du quartier de Torrecuevas, un autre, plus haut et long de 130 mètres, celui du Rio Sec et celui du Clos de la Santa Cruz.

Un dernier troncon de l’aqueduc fut retrouvé à la fin des années 90 lors des travaus de la Plaza Mayor près de la Carrera de la Concepción, les fouilles archéologiques permirent de découvrir en plus des termes de la même époque.

CHÂTEAU DE SAN MIGUEL

Situé sur la colline de San Miguel et couronnant le noyau urbain d’Almuñecar, cette forteresse occupe l’espace don’t les phéniciens puis les romains béneficiaient déjà comme le démontrent différentes fondations et structures d’edification romaines. Les structures du château sont sans aucun doute d’époque musulmane puisqu’il servit de residence d’agrément à la dynastie nazari au XIIIº siècle. Á la fin du règne de Fernando le Catholique, les douves furent construites ainsi que le pont levis et l’imposante façade d’entrée avec ses Quatre bastions circulaires. Pendant la guerre d’indépendance contre la France, le château souffrit le bombardement des troupes anglaises et ses ruines servirent de cimentière chrétien jusqu’au milieu du XXº siècle. On remarquera un pavillon de style néoclassique, sans aucun lien apparent avec la structure du château, la été construit dans la S. XVI , et qui s’est transformée le siège du Musée de la Ville.

PORTE D’ALMUÑECAR, XXº SIÈCLE

Monument en forme d’arc de triomphe, édifié à la mèmoire de Blas Infante, père de la Patrie Andalouse. Ses tríos arcs représentent les tríos cultures qui ont eu une influence sur Almuñécar, la romaine, la musulmane et la chretienne.

PALACETE DE LA NAJARRA, XIXº SIÈCLE

Bâtiment de style néo arabe inspiré par la tradition arabe de la maison avec son jardin. Il fut construit au milieu du XIXº siècle, à côte d’une sucrerie aujourd’hui disparue. La décoration, à base d’ornements architecturaus en arc, de plinthes en carrelage, attire l’attention. À l’intérieur, les murs sont couverts d’intéressantes fresques ainsi que d’ornements géométriques arabes. On remarquera son jardin soigné où abondent les cypress et les palmiers. C’est actuellement le siege de la direction Municipale du Tourisme d’Almuñécar.

PEÑA ESCRITA

L’environnement naturel et saunvage don’t béneficie Almuñécar en fait une des localités les plus recherchées pour la pratique de sports liés au tourime actif.

Il s’agit en fait de deux espaces naturels qui, chacun, présente son progre attrait touristique: Sierra Tejeda, Almijara et Alhama d’un côte, et le Parc Ecologique de Peña Escrita de l’autre. Des espaces sauvages où l’on peut encore profiter d’un environnement vierge, avec des espèces vég´tales autochtones et la présence d’animaux aussi emblématiques que la cabra montes, la chèvre des montagnes.

À seulement 40 minutes d’Almuñécar le Parc Ecologique de Peña Escrita est un complexe touristique à la mesure des amoureux de la nature et des amateurs d’activités de tourisme actif

La région est le point de convergente de différents relifs géographiques: les contreforts de la Sierra Nevada, les paisajes de l’Alpujarra et la Vallée Tropicale. Dans ce paisaje de contrastes, le visiteur pourra respirer le parfum natural du thym et du romarin sauvage, profiter d’une végetation typiquement méditerranéenne et observer les animaux en liberté comme les cerfs et les chévres de montagne.

Sur le tracé des anciens chemins qui reliaient la côte avec Grenada, ont été aménagés des sentiers de randonnée qui permettent un contact de premiére qualité acec le milieu ambiant. Le parc peut aussi être survolé en parapente ou visité par les itinéraires de bicyclette de montagne.

Le complexe écologique de Peña Escrita abrite une grande variété d’animaux en semi liberté et propose une large gamme de logement: petites maisons, cabanes en bois, zones de camping.

SENTIERS

SENTIER RIVIÈRE VERTE

Trajet: circuler
Longueur: 7,35 km.
Dificulté: moyenne
Temps prévu: 3h.15
Des éléments remarquables: Vues panaramiques, chutes d’eau, variété d’espèces végétales et une importante population de chèvre montagnes.
Recommandations: porter des chaussures de randonné. Il est possible de prendre en 4*4 la voie des Cabrerizas jusqu’à la zone où se termine le rétrécissement du chemin.

Introduction: Ce sentier vous transporte dans une route descendante des terrains de montagne moyenne de l’extrémité cette de la montagne de l’Almijara, jusqu’aux ruisseaux et les canons kársticos, les plus d’attraits de l’Andalousie, conforment la naissance de la rivière verte. Vues panaramiques, chutes d’eau, variété des espéces végétales et une population importante de chèvre sauvage

Début: Route de la Cabra Montés, entre la station service et le túnel, le sentier commence près d’ime bprme em béton non loin de la chaussée. Sur cette borne vous pourrez lire 28.7.L’endroit s´appelle collado des Chortales. Possibilité de stationner dans les environs.

Trajet: Après avoir monter l´escalier, vous accéderez à la Colline de Martos. Les imposantes roches calcaires au nord-ouest sont appelées “les Poyos del pescado”, Elles étaient très utilices pour le transport à cheval du poisson jusqu’a Grenades. Vous descendrez vers le Barranco des Chortales, parages des arbres pétrifiés,-cascade revêtue d’anciens troncs mineralices par le tugeau calcaire de l’eau. Reprenez votre chemin à partir de la cascade, et suivez la descente du Courant des Cabrerizas par la droite.

Dans ces endroits on pratique le cannoying. Si vous désirez en faire, vous devez obtenir l’autorisation du bureau de conseillers d’environnement de la Junta de Andalocía.

Fin: Le parcours proposé s´acheve au croisement du chemin avec une autre piste forestière. Vous pouvez continuer par ce chemin pour arriver au barranco des Madroñales qui avec celui les Cabrerizas et de la Rivière Naissance, forment la Rivière Verte. Son nom est du à la couleur de sus eaux cultures de subtropicaux d’Otivar, Lenteja et Almuñécar.

Pour accéder au point de départ de l´itinéraire, vous devez prendre la piste forestière des Cabrerizas qui monte jusqu´à la route de la Cabra Montes. Sa distance est de 2.6 kms par zone bruyère et pinèdes, jusq’à la carretera de la Cabra. Le retour au point de départ par le même chemin est de 1.5 kms.

Pour aller vers le point de départ de l’itinéraire, il faut prendre la piste forestière des Caprines qui mène à la route de la Chèvre Sauvage. Sa distance est de 2.6 kms par zone de buisson et de pinédes, jusqu’à la Route de la Chèvre. La tour (coude) au point de départ de la route par la même route se rejoint dans 1.5 kms.

SENTIER CERRO GORDO

Longueur: 3 km.
Durée: 2 heures
Difficulté: Moyenne
Elléments importants: tour, végétation de bruyère, panaramíques, il est posible de vair des chèvres de montagnes dans les falaises avec la mer.
Recomandations: porter des chaussures confortables, un pantalón, une casquette et une bouteille d’eau.
Introduction: Cet itinéraire pensé par le Parc Natural de Maro Colline Grasse consiste à suivre un parcours de 12 km., parallèle à la côte, limitée au nord par la nationale 340 et qui pénètre 1 mille dans la mer d’Alborán. Des falaises abruptes dont certaines vont jusqu’à 75 mètres, possèdent de nombreuses calanques. Ces calanques sont le fruit des érosions qui marquent les derniers conteforts de la montagne d l’Almijara, entre Almuñécar et Nerja. La biodiversité de son espace terrestre est une enclave de grande valeur pour l’environnement par ses fondations et tout spécialement par ses fonds marins. Dans le parcours proposé, vous trouverez des pins et des roches avec lichens. L’itinéraire se termine à la plage de Calaiza.

Début: Pour se rendre au départ, à Almuñécar, prenez la sortie de la nationale 340 qui sera indiquée comme Cerro Gordo. A quelques mètres de l’entrée du túnel, vous passerez devant la ville de La Herradura. Vous arrivez au restaurant Cerro Gordo. Vous pourrez laisser votre voiture dans les environs. Un panneau indique le début de l’itinéraire qui permet d’accéder à la tour.

Trajet: Le premier troncon est une montée avec assez de suspens/périeuse mais très facile d’accéder à la tour. Afin de garantir votre sécurité, la haute partie de l’itinéraire est protegée par une struture en bois. Vous arrivez à la Tour de Colline Grasse. Cette dernière est très bien conservée. Profitez de cet endroit, puisque cette zone est la limite orientale (la plage de Calaiza est le point qui vous indique ou commence et se termine l’endroit). Suivez le chemin à gauche de la tour et commencez à descendre le sentier. Cette zone est très bien indiquée. Bientôt vous pourrez voir la mer. Continuez ensuite le chemin, vous verrez beaucoup de pins et reprenez le chemin vers la gauche sans vous arrêter. Vous pourrez aussi observer l’extrémité de la Punta de la Mona, de l’autre côté de la baie de La Herradura, sur un mur de la falaise submergée, qui peut atteindre 50 mètres de profondeur. Prenez le chemin à gauche qui va vers l’intérieur, direction nord.

En avancant, vous trouverez une petite forêt dense et vous arriverez dans une zone où il y a des palmiers nains. Ensuite prenez le chemin qui descend. Vous arriverez à voie forestière, perpendiculaire à votre chemin. Suivez le chemin de gauche et vers la droite vous approcherez de la plage de Calaíza. Les fonds marins que nous offre le Parc Natural sont très beaux.